Engagements matériels en architecture : les matériaux de construction comme lieu de l’engagement politique des architectes

You are here

Mandat de Chercheure Qualifiée FNRS octroyé à Pauline Lefebvre du laboratoire Sasha

Auteur
  • Pauline Lefebvre
Promoteur
  • Christine Schaut

Au 1er octobre 2021, Pauline Lefebvre entamera son mandat de Chercheure Qualifiée FNRS au sein du laboratoire Sasha. Son projet est intitulé "Engagements matériels en architecture : les matériaux de construction comme lieu de l’engagement politique des architectes".

Alors que la qualité environnementale des matériaux de construction semble constituer une préoccupation de plus en plus importante dans le champ de l’architecture, ce projet entend montrer combien l’adoption d’un discours engagé sur les matériaux peut avoir des conséquences très différenciées sur les pratiques. Cette recherche vise, dans un premier temps, à saisir l’ampleur du phénomène par lequel les matériaux de construction se sont mis à occuper une place plus importante en architecture au cours des deux dernières décennies. Le projet ambitionne surtout d’analyser dans quelle mesure les matériaux sont devenus porteurs de préoccupations plus diversifiées. Sur quels registres (environnemental, esthétique, social, politique, économique…) les architectes se saisissent-ils ou elles de la question matérielle pour interroger les impacts de leur pratique ? Le projet aborde principalement quatre enjeux distincts : (i) la trajectoire des matériaux de construction depuis leur extraction jusqu’à leur transformation et leur mise au rebut, (ii) les conditions et relations de travail lors de la transformation et mise en œuvre des matériaux, (iii) leur transformation dans le temps et leur maintenance, (iv) les limites du champ d’action légalement imposé aux architectes. Il s’agit de vérifier l’hypothèse selon laquelle les préoccupations accrues que les architectes manifestent pour les matériaux renvoient, dans certains cas, à une forme d’engagement que l’on peut qualifier de politique, dans la mesure où, autour des matériaux, se lance une enquête active sur leurs conséquences étendues. Ce projet entend dès lors constituer une contribution originale concernant les transformations des formes de l’engagement à l’aune de la transition écologique.