Jean-François Pinet

You are here

Jean-François Pinet's picture

Jean-François Pinet a grandi au Sénégal. Après une licence d’architecture effectuée à l’ENSA Paris Malaquais, il s’inscrit en master à la Faculté d’Architecture La Cambre-Horta, dont il sortira diplômé en Architecture et Art de Bâtir en 2013. Durant son master et jusqu’en 2016, il a eu l’occasion de participer au projet ERC Crossroads of Empires, archaeology, material culture and socio-political relationships in west Africa, dirigé par Anne Haour (Sainsbury Research Unit, UEA), en étudiant s’il était possible d’effectuer une comparaison entre la morphologie des villages contemporains et les formes bâties découvertes par les archéologues dans le Dendi, une région située à la frontière entre le Bénin, le Burkina Faso, le Niger et le Nigéria, le long du fleuve Niger.

Sa recherche doctorale, effectuée sous la direction de Victor Brunfaut et financée par le FRS-FNRS depuis 2015 (mandat ASP), s’inscrit dans la continuité de ce travail et consiste à étudier l’évolution de l’environnement bâti du Dendi depuis le 19e siècle à nos jours. Si la société, l’histoire, la culture matérielle du Dendi et des régions limitrophes ont fait l’objet d’un certain nombre d’études, l’environnement bâti du Dendi n’a cependant jamais été étudié, à l’instar de nombreuses régions rurales en Afrique. La recherche de Jean-François Pinet vise donc à pallier à ce manque en produisant un corpus de documents inédits illustrant l’environnement bâti actuel du Dendi béninois, en profonde mutation depuis la période coloniale. Ce travail de recherche d’a pas pour but de préconiser des actions auprès des pouvoirs publics mais de permettre un travail de mémoire car un grand nombre de techniques constructives et de singularités de l’environnement bâti traditionnel sont actuellement en voie de disparition. Par ailleurs, en étudiant les différents villages de la région de manière transcalaire, le second objectif de sa recherche consiste à enrichir et développer les réflexions liées aux représentations de la ruralité en Afrique de l’Ouest. Cet enrichissement est à considérer tant en termes de méthodes de relevé et d’analyse que de remise en question des imaginaires habituels de la ruralité.

Jean-François Pinet est affilié aux centres de recherches HABITER et Sasha. Ses intérêts de recherche sont l’architecture vernaculaire contemporaine, l’architecture « ordinaire » et résidentielle, la ruralité et les imaginaires qui lui sont associés, la question de la modernité dans les milieux ruraux, la cartographie et les méthodes de recherche et d’analyse en architecture (notamment la phénoménologie et les méthodes d’analyse typo-morphologiques).